… « zwischen »  den Zeilen und den Erdschichten … « entre » les lignes et la terre

@ University in Geneva

Presque coincé dans la merde

*le texte suivant est plus ou moins une traduction de celui publié le 11. juillet “Fast in der Scheisse stecken geblieben”; il date de fin mai

J’étais soulagé mi-avril, car la pluie était de retour. Un temps favorable régnait sur les légumes pendant une semaine: des petites gouttes régulières et continues, accompagnées par des rayons de soleil. Les pois chiches et les lentilles se plaisaient bien, ils ont germé sans souci. Mais depuis, j’attends de nouveau la pluie. Les jeunes plantes dans le châssis (une espèce de mini-serre) souffrent de l’eau. À cause du manque d’eau, je me prive de les arroser plus de deux fois par semaine. Ils apprennent dès petit à se contenter de peu d’eau. Entre temps, je me suis entendu avec un des voisins afin de pouvoir remplir des arrosoirs dans le canal qui est à 150m du terrain. C’est bien chouette, sauf qu’en ce moment, le canal est à sec. L’Orb, la source d’eau de la vallée et du canal, montre un niveau très bas. À Avène, où se trouve le barrage, l’eau est déjà retenue. On m’a raconté que c’étais pour assurer le niveau d’eau pendant l’été pour que les touristes puissent faire du canoë (sic). Du coup je me suis retrouvé à amener l’eau dans des bidons de 20 litres de la rivière jusqu’à mon terrain. La crainte par rapport à la pluie continue donc – et parfois je me demande comment je vais m’en sortir en plein été sous le cagnard?

Pour les pois mangetouts et les fèves, cela n’a rien changé: ils me donnent à manger, au moins deux fois par semaine, la récolte est abondante. L’aillet donne à mes plats du goût – j’avoue, ils sont actuellement un peu monotone. Cependant: mon coeur d’autosuffisance alimentaire se régale toujours quand je prends une fourchette en sachant que tous les ingrédients viennent de mon jardin! Entre temps, j’ai aussi plein de radis et de roquette; les épinards sont déjà en train de monter en graines, l’arroche rouge sera bientôt prête pour une récolte de jeunes pousses.

En ce moment, je repique de nombreuses plantes comme des courges, des courgettes ou des tomates en plein champ. Pour elles, j’ai passé une journée dans la merde! On a curé une bergerie de 50m2 avec deux amis. Parfois la fourche restait coincée – tellement le fumier de 40 cm de hauteur était compressé. Le fumier, je le composte chez moi au terrain. En échange du travail effectué, on m’a donné aussi du fumier bien décomposé, prêt à utiliser.
A la mi-Mai à Lodève, j’ai pu échanger encore plus de plantes gourmandes à une bourse d’échange de graines et de plants. Enfin, là-bas, on m’a éclairci le mystère de ce petit insecte rigolos qui s’enroule dès qu’on le touche: il s’agit du cloporte, un des indispensable décomposteur de la première heure. Ce qui me manque encore pour un compostage optimal, c’est le ver à compost. Ce ver fin et rose n’est pas le même que le classique, le ver de la pluie qui est plus gros et long. Le ver à compost, je pense que je vais l’importer d’un compost déjà existant.

Le sureau avait au moins trois semaines d’avance cette année. Ses fleurs blanches marquent pour moi chaque année le début de saison de la transformation: sirop, champagne, vin sont faits! Ce n’est bien évidemment pas facile de se nourrir de boissons, mais au moins, ils diversifient la culture de l’apéro français, basé majoritairement sur le pastis et le vin. Les cerises, je les mange actuellement directement de l’arbre; j’attends encore pour lancer une grande transformation. J’observe le mûrissement des fruits des arbres repérés, également pour les fleurs de tilleul, que je fais sécher, et qui sont ensuite préparées dans des tisanes aux herbes.

Advertisements

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden /  Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden /  Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden /  Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden /  Ändern )

Verbinde mit %s

Information

Dieser Eintrag wurde veröffentlicht am 18. Juli 2014 von in Lesen_Lire, Selbstversorgung+.
%d Bloggern gefällt das: