… « zwischen »  den Zeilen und den Erdschichten … « entre » les lignes et la terre

@Marché de Noël à l'îlot13, Samedi 16/12 @studying in Geneva!

Hors Serie III: Ah, Gudule…

Une belle nuit de fête, une matinée vibrante et puis le choc ultime je descends, en plein centre de Marseille dans la Rue Bibliothèque où j’avais garé la veille Gudule, mon Combi T3 – mon amoureuse éternelle depuis un an!

Et puis, qu’est-ce que je vois : elle n’est plus à sa place, plus de bijoux dans la rue, plus de beauté voiturésque, plus de Gudule – et moi donc en pleine inquiétude…

« La situation pour se garer à Marseille est saturée », me laisse savoir plus tard un gars de la police municipale. En effet : après avoir tourné plus que 45 minutes autour de la Place Jean Jaurès sans trouver de parking libre et en voyant que les Marseillais-es se foutaient apparemment de l’endroit pour se garer, j’ai ouvert mon esprit borné, imprégné par la Suisse, et donc faisant mon Marseillais : je me suis garé sur un trottoir, devant le Conservatoire National. Et hop, retour au Bar Les Maraîchers, boire des coups avec les copains…

Retour au choc.

Soit on m’a volé Gudule.
Et donc mon amoureuse avec tous ses avantages et désavantages. Pour préciser: Gudule se laisse faire voyager partout, mais demande quand-même un accompagnement sanitaire intensif… et beaucoup d’amour!

Soit la fourrière est passée.
Pour préciser : ce matin était le jour de marché à la Place Jean Jaurès, et la chère fourrière s’est annoncée en quelque sorte…

Bref : l’inquiétude a grandi, la situation était incertaine, car à la fourrière, le phone ne décrochait pas!
Donc voilà, je décidais d’y aller directement…

Gudule à la fourrière…

Arrivé là-bas, dans une grande halle industrielle – en moyenne 70 voitures se font embarquer par jour          dans  cet endroit pourri – je ne vois pas Gudule au premier regard… l’inquiétude grandit encore, et puis le  gardien m’interpelle: « Je suis sûr que le Combi arrivé ce matin est à vous… » « Beh grave, il est de quelle  couleur ? », je lui réponds. « Blanc et orange », Et moi je commence à décompresser… Il m’indique l’endroit où ils ont déposé mon Combi. Je marche chez mon amoureuse:

Ah, Gudule!

Viens m’embrasser

je NE te donnerai PAS

Un frigidaire, un joli scooter, un atomixaire… mais

TA LIBERTÉ!

 

Advertisements

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s

Information

Dieser Eintrag wurde veröffentlicht am 22. Januar 2015 von in Lesen_Lire.
%d Bloggern gefällt das: